Le dernier rapport de l’OCDE suggère à la France de recourir au secteur privé, en particulier par l’intermédiaire des partenariats public-privé. L’OCDE rappelle « (…) qu’il ne devrait y avoir aucun parti pris d’ordre institutionnel, procédural ou comptable en faveur ou en défaveur des partenariats public-privé et la décision d’investir devrait être indépendante des modalités de montage et de financement de projet ». Plus qu’une recommandation, c’est un plaidoyer en faveur de l’utilisation de cet outil de la commande publique « Utilisés à bon escient, les partenariats public-privé peuvent cependant aider les autorités à utiliser au mieux le savoir-faire du secteur privé pour la mise en place de services publics, comprenant à la fois la construction et l’entretien à long terme d’infrastructures complexes nécessitant des connaissances et des compétences techniques spécifiques ». Pour l’organisation internationale, ce changement de paradigme passe par une pédagogie exigeante à l’attention des utilisateurs de cet outil, et notamment des collectivités territoriales, il s’agit ainsi « d’améliorer l’accès du public et des investisseurs à des données comparables sur la performance des projets d’infrastructure, indépendamment des modalités de mise en oeuvre, pourrait être obtenu en créant une agence chargée de collecter les données ».

Lien vers la publication : https://www.oecd.org/fr/presse/de-nouvelles-reformes-en-france-pourraient-entrainer-la-croissance-ameliorer-la-viabilite-des-finances-publiques-et-renforcer-la-cohesion-sociale.htm